consistoire antibes jaun les pins

 

 

Notre Rabbin

rav zemour rabbin communauté juive antibes juan les pins

Rav Zemour - Rabbin de la communauté d'Antibes Juan les Pins

 

Son interview - Ses cours en ligne

Lisez son interview ci-dessous. Cliquez sur "Ses cours en ligne" pour découvrir son enseignement.

 

Mieux connaitre le rabbin de la communauté d'Antibes Juan les Pins en quelques questions !

Rav Zemour, bonjour. Merci de nous accorder cet entretien.Vous êtes le chef spirituel de la communauté d'Antibes Juan les Pins depuis de nombreuses années. Beaucoup vous connaissent, sans vraiment vous connaitre.

Aussi aimerions nous, au travers quelques questions, en savoir plus sur vous, vos aspirations, votre engagement et vos ambitions pour votre communauté.

 

1. Comment vous présenteriez-vous à ceux qui ne vous connaissent pas ?

" Homme impliqué comme tout vivant dans les arcanes de l'existence, en y insérant dans chacune d'entre elles, les dires et la parole de la torah, pour vivre au sens large du terme, comme un juif impliqué. "

Qu'est ce que vous entendez par arcane ?

" Les arcanes, ce sont toutes les multitudes qui s'entremêlent et qui font une seconde, un temps de la vie, et qui correspondent à des exigences, à des obligations, à des désirs qui doivent être lu, décrypté, analysé par le mode de la loi, le mode de pratique de la loi. "

Et comment y parvenez vous dans le monde moderne ?

" Justement dans le monde moderne, comme tout homme moderne engagé, dirigeant ou non dirigeant, vous êtes effectivement convoqué à méditer sur ce que vous faites. L'homme n'est jamais seul. Ce qu'il fait a toujours une importance, immédiate ou tardive et donc ce qu'il fait est toujours communicable, et tout ce qui est communicable n'est pas toujours bon. Donc, il faut faire attention à ce que l'on fait. "

 

2. Vous êtes rabbin de la communauté d'Antibes, quelle est votre vie au quotidien ?

" Je me lève en rabbin et je dors en rabbin (rire).

Je dirige la communauté religieusement. Je m'occupe des offices. Je m'occupe des cas individuels, de chacun qui a un problème, un problème d'insertion, un problème d'identité etc. Quand ils ne viennent pas, on va vers eux. Quand on ne les connait pas, on fait en sorte de pouvoir les connaitre par l'intermédiaire de personne qui les connaissent, et apporter à chacun la parole qu'il doit entendre dans les cours, dans les discours, dans tous les entretiens. "

C'est faire peuve d'une certaine psychologie !

" Sans cette psychologie, il n'y a aucune possible entremise ou entretien. Rien n'est possible. Même dans un cours, où nombreuses sont les personnes présentes, vous agissez dans une parole qui contient une certaine neutralité pour ne pas vexer la spécificité de personne, et après vous engagez un discours plus démonstratif, plus persuasif, en fonction des individus que vous avez en face de vous. "

Il faut percevoir l'écoute possible de la personne.

" Ah, c 'est pas évident. "

Je crois que ça, c'est l'importance capital.

" Dans tous les domaines. C'est pour ça que j'aime bien la psychanalyse. "

 

3. Pouvez vous nous dire comment vous avez fait évoluer la communauté d'Antibes depuis que vous êtes devenu son rabbin ?

" Vous pouvez dire ce que vous avez essayé de faire mais ce que vous avez pu faire ou pas faire. C'est au gens de le dire. "

Qu'est ce que vous avez donc essayé de faire ?

" Essayé d'avoir les gens avec moi, de faire du chemin avec eux, chacun selon son rythme, selon sa lenteur. C'est très important la lenteur des gens, ça nous permet de penser sur quoi ils se replient, ils font marchent arrière, quelles sont les bases fortes de la pensée de chacun. "

La communauté est plutôt traditionnaliste ! l'amener vers la religion c'est ...

" Par définition, une communauté en France est traditionnaliste. Il faut au rabbin une aide de ses maîtres qu'il a pu recevoir, et surtout une perspicacité pour entreprendre un langage individuel et collectif pour les amener un peu plus haut d'une manière responsable. "

En fait, vous avez essayé d'amener la communauté vers plus de pratique !

" Pratique intelectuelle, pratique intelligible, pratique spontanée, toutes les trois réunies sinon je ne serai pas rabbin, j'aurai fait autre chose. "

Pratique spontanée, cest quoi pour vous ?

" C'est, sans trop penser, sans réfléchir sur le fond même de ce qu'elle signifie, le faire pour ceux qui ne peuvent s'élever tout de suite dans le mode du raisonnement ou de l'interprétation. Il y a différents niveaux. "

Est ce qu'il y a autre chose à ajouter sur l'évolution que vous avez voulu insuffler ?

" L'évolution que j'insuffle, elle se veut aussi d'une autre manière.

Une évolution intellectuelle, c'est très important. Une évolution intellectuelle pour moi, c'est le niveau supérieur vers quoi le coeur doit tendre, et quoique l'on fasse, quoique l'on dise, quoique l'on engage de soi ou pas du tout, la manière de penser l'évènement et de se penser par rapport à l'évènement est très importante. "

Quand vous parlez d'évolution intellectuelle c'est par rapport à la torah ou en général ?

" ça embrasse le tout. "

 

Le pendant de la première question, comment aimeriez vous voir évoluer votre communauté dans l'avenir ?

" La voir évoluer de manière plus adhérante dans le sacerdoce, plus présente dans le judaisme en tant que mode opérateur, et engager des actions qui puissent inciter ceux qui sommeillent encore et qui s'attardent sur l'engagement à se prononcer et à s'éveiller, s'éveiller surtout.

S'éveiller d'une somnolence. L'évolution actuelle montre que ceux qui ne s'impliquent pas, comme des gens sommeillant, dormant sur un bien être, sur une situation qui leur parait assez plaisante et ne pas trop perturbée la quiétude, la sérénité intérieure donc s'endorment et s'attardent sur un passé assez présent. Passé qui est un présent. Passé qui a dit fait ceci fait cela et qui n'a jamais été un passé véritable, qui a toujours été un présent continu.

Ce présent on lui accorde plusieurs formes nous les vivants parce que nous avons cette évolution en nous, mais le présent est quelque chose de continu chez D.ieu, n'a pas de changement, ce qui était est, ce qui est sera. Être au passé, être au présent, être au futur, c'est une seule et unique forme chez nous."

 

4. Est ce que les évènements récents ont provoqué un réveil communautaire ou identitaire ?

" C'est une question très très importante.

L'évènement devrait être un éveil sur le plan identitaire.

Qui suis je ? Que dois je faire ? Comment dois je répondre à cet évènement ?

Il y a des gens qui sont nés endormis et qui le restent. Ils ne sont pas suffisament réveillés. Il y a des gens qui s'éveillent avec ça et le discours est plus prégnant, plus capteur. "

 

Par peur d'autres partent ils ?

" C'est arrivé. Ils ne partent pas, ils s'endorment."

 

5. Quel est votre souvenir le plus marquant, ou celui qui vous a le plus touché, en tant que rabbin de la communauté d'Antibes ?

" Il y en a tellement. Je crois que les souvenirs sont multiples. Ils se résument à une chose très importante.

Lorsque quelqu'un dit "comment dois je faire pour être plus adhérent", cet éveil vous capte, vous saisi, vous n'appartenez pas sur les formes à votre famille. Vous appartenez à la personne et vous vous occupez de celle-ci pour lui faire franchir le pas, l'espace qu'elle doit traverser et vous le traverser avec elle. C'est un évènement. C'est une question qui se pose également à soi. Est ce qu'en lui faisant faire ce pas, je l'ai fait moi même ou je n'ai fait qu'en parler ou est ce qu'en le faisant avec elle, je vais le faire une seconde fois pleinement, en participant activement. "

 

A chaque fois c'est un travail sur vous ?

" Oui, toujours, c'est régulier. Ca ne quitte jamais le périmétre du soi.

C'est à dire lorsque l'on aborde entre guillemets les problemes propres de la personne, c'est soi même qui est concerné, interpellé et qui en répondant, se doit de dire ce qu'il est véritablement.

C'est un retravail de soi qui est profond. "

 

6. Est-ce-qu'il y a un message que vous aimeriez adresser à votre communauté ?

" Venez nombreux. Intervenez, on est là pour ça.

Sans cela, nous n'avons plus de raison d'être dans notre mission. "

 

Rav Zemour - Ses cours en ligne

Cliquez sur "Ses cours en ligne" pour découvrir son enseignement.